Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

THE rando-blog of Aurél !!!

THE rando-blog of Aurél !!!

"Un intellectuel assis va moins loin qu'un con qui marche." (Michel Audiard)


GR58 - le Tour du Queyras

Publié par Aurél sur 8 Juillet 2020, 11:16am

Catégories : #GR, #SUD-EST

Je vais débuter cet article sur le GR 58 par un peu d’orthophonie :-)

En effet, si vous souhaitez vous lancer sur cet incroyable chemin de randonnée, vous allez forcément côtoyer des locaux et donc, concernant le tour du Queyras, prononcez bien : "Queyra", c'est à dire sans le 's'. Comme pour Paris : on ne dit pas "Parisse" !!!

A défaut, vous allez passer pour un gros touriste. Certes vous êtes peut-être un touriste, mais maintenant vous êtes un touriste bien informé ;-)

J'enchaîne sans plus attendre sur ce qui nous préoccupe : la randonnée. La totalité du parcours du GR 58, c'est 105km avec beaucoup de dénivelés, et ça se fait normalement en 10 jours, mais peut tout à fait se faire en 7. L'altitude maximum est atteinte au col de Chamoussière : 2884m. C'est à ma connaissance le point culminant de tous les GR de France ! Si je me trompe à ce sujet, surtout n'hésitez pas à me prévenir et je ferai la correction.

Donc la rando : je l'ai faite en 7 jours, mais je pense que l'idéal pour quelqu'un qui veut avancer sans trop trainer mais sans se faire violence non plus, c'est 8. Je vous expliquerai pourquoi un peu plus tard...

Point important : j'ai voyagé plutôt très léger cette fois. Pas de tente, pas de bâche, pas de hamac, pas de fiorutures, pas de duvet mais j'aurais peut-être dû parce qu'avec le confinement, il n'y avait souvent pas de couvertures dans les refuges. Et les nuits sont parfois fraîches... Si vous craignez le froid, prenez un sac de couchage!

Pour la période, fin juin début juillet c'est plutôt pas mal. Le sentier n'est pas trop fréquenté, il y a de la place dans les refuges, on ne se marche pas dessus. Mais, il y a encore des névés sur les hauteurs, et cela peut s'avérer un peu dangereux.

Donc à mon avis, l'idéal serait début septembre !

Quoi qu'il en soit, si je devais résumer le parcours en un mot, ce serait : "Magnifique". Des points de vue superbes, une étonnante variété dans les paysages rencontrés, des refuges très accueillants... Bref, une randonnée à la hauteur de sa réputation et sans nul doute l'une des plus belles ! Le détail sans plus attendre.

1ère étape : Ceillac - refuge de la Blanche.

Temps de parcours estimé (par le TOPO Guide) : 8h30.

Dénivelés : +1000m / -800m / +700m

Une belle première journée de marche : pas mal de montée dès le début et une demi heure de rallonge à la fin pour arriver au refuge (hors GR). Au programme : la montée jusqu'au col des Estronques (2651m), la redescente et passage par Sait-Véran. Et arrivée sous la pluie... Et oui, le temps change vite !

Il est bien entendu possible de stopper à Saint-Véran, mais je voulais avancer un peu plus et je ne me suis pas trompé parce que les 2h30 de marche qui séparent Saint-Véran du refuge de la Blanche se font sans trop de soucis. Ça monte, certes, mais c'est assez facile. Vous pouvez vous lancer ;-)

Concernant le temps de marche, et ceci va rester à peu près valable pour les autres étapes, j'ai mis environ 8h30 soit le temps estimé par le TOPO puisque j'ai décollé à 7h00 et je suis arrivé au refuge vers 15h30 environ. MAIS 8h30 avec les temps de pause donc je suis allé bien plus vite que le TOPO ne l'avait prévu. Eh oui car je me suis pas mal arrêté pour boire, profiter des hauteurs, pour manger à Saint-Véran etc. Et j'ai marché tranquillement, sans essayer d'aller vite.

Donc par rapport aux temps de marche, le TOPO est (très) pessimiste. A moins d'avancer en mode escargot, vous irez sans doute plus vite que ce qui est indiqué. Donc prenez votre temps et profitez ;-)

NB : le refuge de la Blanche est top, on y mange vraiment très bien. Je vous le conseille :p Idéal pour se faire quelques camarades et les retrouver les jours suivants dans les autres refuges !

Etape 1 : Ceillac - la Blanche
Etape 1 : Ceillac - la Blanche
Etape 1 : Ceillac - la Blanche
Etape 1 : Ceillac - la Blanche

Etape 1 : Ceillac - la Blanche

2ème étape : Refuge de la Blanche - la Monta

Temps de parcours estimé : 8h00.

Dénivelés : -200m / +500m / -300m / +300m / -1100m

Encore une grosse journée ! Passage par le col de Chamoussière (2884m) et la redescente dans les névés jusqu'au refuge Agnel (2580m), remontée jusqu'au col Vieux (2806m) et longue descente jusqu'à la Monta (1663m)... Le plus dur, hormis la descente du col de Chamoussière qui m'a demandé pas mal de concentration pour ne pas glisser dans la pente rocheuse (surtout qu'avec les névés, on perd un peu le chemin au milieu des cailloux !!!), c'étaient les 1100m de dénivelés négatifs avant la Monta.

Mais ça se fait. Et pour vous rassurer par rapport aux névés, la neige en cette saison est assez molle donc les chaussures se plantent bien dedans. Je n'ai pas eu besoin de crampons ni de piolets ! Heureusement cela dit...

En résumé : une très très belle étape. Les 2 cols offrent des vues sensationnelles sur les montagnes (Mont Viso entre autres). Au refuge de la Monta, des rencontres aussi (un Suisse super sympa, trailer, que je retrouverai plus tard à Souliers, un couple de Serre-Chevalier avec leur fille que je retrouverai autour d'une bière à Abriès etc.) et un bon accueil + un excellent repas :p

Etape 2 : la Blanche - la Monta
Etape 2 : la Blanche - la Monta
Etape 2 : la Blanche - la Monta
Etape 2 : la Blanche - la Monta
Etape 2 : la Blanche - la Monta
Etape 2 : la Blanche - la Monta
Etape 2 : la Blanche - la Monta

Etape 2 : la Blanche - la Monta

3ème étape : La Monta - Abriès

Temps de parcours estimé : 6h30.

Dénivelés : +900m / -1000m

Une matinée avec la tête dans les nuages pour aborder ce chouette chemin de crête. On commence par une belle montée de 900 mètres pour traverser ensuite la crête de Gilly. Pas mal de vent ce jour en plus des quelques gouttes de pluie, ce qui a rajouté quelques sensations. Moi j'adore les chemins de crête et leur côté un peu vertigineux.

Là en l'occurrence, pas de soucis à se faire pour ceux qui auraient le vertige, c'est tout à fait faisable, les parois sont loin. Pas de danger...

Ensuite une belle descente de 1000 mètres qui peut faire mal aux jambes. Mais la fin de la descente est très cool, la forêt très verdoyante et fleurie. L'arrivée à Abriès se fait plaisamment, et en plus le village est très sympa : magasins, bars, décorations au rendez-vous pour un moment de détente.

Prenez donc une petite bière artisanale à la terrasse d'un bar, vous serez au top :p

Pour clore cette journée, un bon repas pour 8 le soir au gîte. Ça cale, surtout qu'on était 3 :D Mais 3 vosgiens alors ça va, ça mange bien les vosgiens ;-) PS : les repas à l'Edelweiss sont super, je me suis régalé en tout cas :p et j'ai passé la meilleure nuit de la semaine...

Etape 3 : la Monta - Abriès
Etape 3 : la Monta - Abriès
Etape 3 : la Monta - Abriès
Etape 3 : la Monta - Abriès
Etape 3 : la Monta - Abriès
Etape 3 : la Monta - Abriès
Etape 3 : la Monta - Abriès

Etape 3 : la Monta - Abriès

4ème étape : Abriès - les Fonts de Cervières

Temps de parcours estimé : 7h45.

Dénivelés : +1300m / -900m

On va de belles surprises en émerveillements lors de ces 4 premières étapes. En effet cette étape du GR 58 est tout bonnement époustouflante... et fatigante aussi ;-)

Eh oui il y a de beaux sommets, mais il faut les mériter ! Le chemin grimpe gentiment en pente douce au début, puis devient beaucoup plus raide jusqu'au lac du grand Laus. 1000 mètres de dénivelé positif environ. Restent 300 mètres encore, très raides, pour arriver sur la crête aux eaux pendantes à 2830 mètres d'altitude. Vous arriverez sans doute devant un mur de neige au sommet, que vous pourrez aisément passer en suivant les traces de vos prédécesseurs !

Là déjà c'est magnifique, mais hors GR vous pourrez grimper, moyennant 10 minutes de marche environ, sur le pic du Malriff à 2906 mètres. Suivez le petit chemin, très raide, à droite et là haut c'est tout bonnement à couper le souffle. Vue imprenable à 360°, vous ne regretterez pas un petit effort supplémentaire et ce serait dommage de ne pas y aller, croyez moi.

Ensuite, ben vous connaissez le processus : tout ce que vous avez monté, il vous faudra le redescendre pour arriver aux fonts de Cervières. 900 mètres de dénivelé négatifs cette fois, bien raide et caillouteux au début, puis plus "plat" ensuite pour finir dans un chemin moitié cailloux moitié rivière... Très chouette cela dit.

Vous aurez mérité un bon repas et une bonne nuit de sommeil après cette étape assez physique :p

Etape 4 : Abriès - les fonts de Cervières
Etape 4 : Abriès - les fonts de Cervières
Etape 4 : Abriès - les fonts de Cervières
Etape 4 : Abriès - les fonts de Cervières
Etape 4 : Abriès - les fonts de Cervières
Etape 4 : Abriès - les fonts de Cervières
Etape 4 : Abriès - les fonts de Cervières

Etape 4 : Abriès - les fonts de Cervières

5ème étape : Les Fonts de Cervières - Souliers

Temps de parcours estimé : 5h00.

Dénivelés : +600m / -800m

C'était donc l'étape la plus courte du parcours. Du coup pas trop de fatigue mais un petit stress car l'orage s'est approché doucement en fin de matinée, pour ne finalement éclater que vers 19h00.

La montée au col de Péas, bien qu'assez raide, passe assez facilement et la descente est tout à fait fascinante. Du moins j'ai trouvé. Entre les barres rocheuses en forme de pics, on a l'impression d'être dans l'Ouest américain, et la vue plongeante sur les montagnes est très hypnotique. Moi j'ai adoré. D'autant que la descente se fait en douceur, en terrain peu accidenté. Un peu de repos pour les jambes ;-)

Arrivée au gîte assez tôt, donc après-midi cool. J'y ai retrouvé quelques connaissances et on a passé une fin de journée sympathique, quelques bières aidant, puis un repas chaleureux...

A noter qu'il aurait sans doute été plus judicieux, je m'en suis rendu compte plus tard, de continuer à marcher jusqu'à Brunissard. Cela aurait permis de réduire la dernière étape... Si vous visez le GR 58 en 7 jours, comme moi, je vous conseillerais donc de poursuivre sans stopper à Souliers.

Sinon : zappez le pique-nique proposé à Cervières et préférez un bon repas sur la belle terrasse du gîte de Souliers !

 

Etape 5 : les fonts de Cervières - Souliers
Etape 5 : les fonts de Cervières - Souliers
Etape 5 : les fonts de Cervières - Souliers
Etape 5 : les fonts de Cervières - Souliers
Etape 5 : les fonts de Cervières - Souliers
Etape 5 : les fonts de Cervières - Souliers
Etape 5 : les fonts de Cervières - Souliers
Etape 5 : les fonts de Cervières - Souliers

Etape 5 : les fonts de Cervières - Souliers

6ème étape : Souliers - refuge de Furfande

Temps de parcours estimé : 7h15.

Dénivelés : +500m / -600m / +200m / -100m / +650m / -200m

Ça monte, ça descend, ça remonte, ça redescend, et ça re-remonte, et ça re-redescend. Finalement une étape assez variée mais je ne saurais dire pourquoi, c'est celle que j'ai le moins apprécié !

La pluie en fin de parcours, le fait que je n'ai croisé quasi personne sur le chemin de toute la journée (alors que le refuge était presque plein le soir), moins de paysages, la dernière montée pas très intéressante, la fatigue des 5 derniers jours, la chaleur... Allez savoir !

Le début est pourtant assez chouette, 1ère montée relax et passage au col du Tronchet. Pour profiter de la vue, au col, empruntez le petit chemin à gauche pour monter les derniers mètres qui vous amèneront sur un petit sommet herbeux et bien dégagé. Et cela ne vous coûtera que quelques minutes... Ce serait dommage de ne pas aller faire votre pause là haut, croyez moi. C'est le plus bel endroit de l'étape : ALLEZ-Y !!!

Une bonne fin de journée quand même, malgré la pluie insistante et la grisaille qui nous donnent l'impression d'avoir changé de saison, parce que très bonne ambiance à table, une p'tite bière du cru qui réconforte bien, je rencontre un groupe de jeunes avec qui je marcherai un peu le lendemain et quelques personnes qui ont toujours des histoires de rando intéressantes à raconter...

Voilà, plus qu'une étape, que j'appréhende un petit peu parce que je sais qu'elle sera longue et qu'il y a du dénivelé...

A noter que si vous suivez mes conseils avisés (:D) et que vous partez de Brunissard (et non de Souliers) vous pourriez entamer la descente et marcher jusqu'aux Escoyères (si si il y a un gîte là bas, non indiqué dans le TOPO mais il existe) ou même remonter après jusqu'à Bramousse. Ce sera plus long mais vous n'aurez plus qu'une petite étape à faire pour finir ce GR en 7 jours. A vous de voir...

Etape 6 : Souliers - refuge de Furfande
Etape 6 : Souliers - refuge de Furfande
Etape 6 : Souliers - refuge de Furfande
Etape 6 : Souliers - refuge de Furfande
Etape 6 : Souliers - refuge de Furfande
Etape 6 : Souliers - refuge de Furfande
Etape 6 : Souliers - refuge de Furfande
Etape 6 : Souliers - refuge de Furfande

Etape 6 : Souliers - refuge de Furfande

7ème étape : Refuge de Furfande - Ceillac

Temps de parcours estimé : 8h00.

Dénivelés : -1100m / +1000m / -600m

C'est l'étape que j'aurais pu maudire, mais c'est aussi celle de la victoire, de l'arrivée, alors j'ai réussi à l'apprécier à sa juste valeur.

Et cela malgré une grosse chaleur, un dénivelé assommant, une contracture à la cuisse et un finish sous une grosse pluie d'orage. Mais c'était chouette et cela restera le souvenir ému de la fin de l'une des plus belles randonnée qu'il m'ait été donné de faire jusqu'à maintenant !

Au programme : une longue descente assez tranquille du refuge de Furfande (2300m) jusqu'aux Escoyères (1530m) et qui s'accentue ensuite terriblement pour atteindre le point le plus bas du GR 58 (1185m). C'est là que je me suis fait mal je pense... Ensuite une sévère remontée jusqu'à Bramousse (1430m) et qui continue, en pente moins forte mais quand même, jusqu'au col de Bramousse 820 mètres plus haut (2250m). Ce sera là l'ultime col de la randonnée avant l'ultime redescente de 600 mètres jusqu'à Ceillac.

Je pense que la contracture à la cuisse a résulté d'un effort trop prolongé, mais pas d'un manque d'hydratation. La descente, c'est fatal. Remonter avec une contracture n'a pas été une partie de plaisir, mais la dernière descente a été particulièrement douloureuse. Attaquer une descente sans quasi pouvoir plier la jambe, merci... Du coup je pensais arriver entre 14h et 15h, il était 16h00 passées et j'ai bien pris la flotte. Mais c'est le jeu ma pauvre Lucette ;-)

A noter que malgré la douleur qui m'a considérablement ralenti + les pauses, j'ai quand même fait l'étape en 8 heures pile !!! :-/ TOPO Guide, tu es donc incontestablement pessimiste...

J'ai un peu moins profité des paysages du coup, mais il n'y en avait plus beaucoup après le col de Bramousse de toute façon. Ce que je peux dire c'est que la descente est belle. Le chemin est parfois raide mais il serpente joliment en forêt alors c'est très agréable. Dommage que les derniers hectomètres de randonnée soient sur le béton d'une petite route goudronnée qui ramène le randonneur à Ceillac.

Mes camarades de marche m'ont dépanné d'un anti-douleur (qui n'aura pas franchement eu le temps de faire effet...) quand ils m'ont rattrapé (Merci) et on devait se retrouver au bar du camping de Ceillac pour boire une bière mais j'ai tourné en voiture autour de Ceillac pendant un bon moment mais j'ai jamais trouvé le bar (Pardon!).

Etape 7 : refuge de Furfande - Ceillac
Etape 7 : refuge de Furfande - Ceillac
Etape 7 : refuge de Furfande - Ceillac
Etape 7 : refuge de Furfande - Ceillac
Etape 7 : refuge de Furfande - Ceillac
Etape 7 : refuge de Furfande - Ceillac

Etape 7 : refuge de Furfande - Ceillac

Le mot de la fin : le GR 58 est vraiment superbe (la réputation de cette randonnée n'est pas volée), on est bien accueillis dans les refuges, on se fait facilement des camarades de marche qu'on garde pendant la semaine (et au-delà pourquoi pas?), la météo est capricieuse mais ça fait le charme des Hautes-Alpes, les marmottes toujours aux aguets, la neige encore présente en juillet sous forme de névés (prudence!), et les dénivelés sont importants, ce qui permet d'être très fier de soi quand on arrive au bout :p

Comme il n'y a que les imbéciles qui ne changent jamais d'avis, ma prochaine excursion dans les Alpes se fera avec des bâtons ! J'avais en effet écrit dans mon article sur le GR 70 que ça ne servait à rien : c'est peut-être vrai sur terrain "facile", mais après force discussions avec des marcheurs (et trailer !) expérimentés, je pense qu'ils pourraient être utiles quand les montées et les descentes sont fortes... Je re-testerai tout ça et cela m'évitera j'espère à l'avenir de finir avec des contractures musculaires !!!

Encore un petit mot sur le balisage (parce que je n'en ai pas encore parlé) : de ce côté là pas de soucis, il a des marques et mieux encore, des panneaux directionnels jaunes assez régulièrement. Les traces blanches et rouges sont souvent assez espacées, mais comme il n'y a de toute façon qu'un chemin, c'est très difficile de se perdre.

Voilà, je vous recommande donc chaudement ce GR 58, mais j'en ai vu qui n'ont pas été au bout alors chargez vous un minimum et assurez vous quand même d'avoir une bonne condition physique et un peu d'entrainement.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Articles récents